Composez votre
Kit de presse

Poids total : 0 Mo Télécharger

13/02/2013 | Paris

Dans le contexte de détérioration du marché automobile en Europe, les efforts menés par le Groupe dans son ensemble et les décisions difficiles mises en œuvre ont permis à PSA Peugeot Citroën de construire en 2012 les fondations de son rebond industriel et commercial.

La  mobilisation et les mesures prises ont notamment permis :

  • le succès du lancement de la Peugeot 208, qui occupe la première place en Europe en décembre sur son segment
  • le succès de la technologie HYbrid 4, avec la deuxième place européenne du marché hybride
  • le dépassement de nos objectifs de réductions de coûts (1,2 Mds€), de cessions d'actifs (2 Mds€) et de diminution des stocks
  • la mise en œuvre du plan de restructuration, difficile mais indispensable et la mise en place de mesures d'accompagnement dans le cadre d'un dialogue social responsable
  • la mise en œuvre opérationnelle de l'Alliance avec General Motors
  • le renforcement de la sécurité financière du groupe et la confirmation du financement de Banque PSA Finance pour plus de trois ans

Ces mesures, ajoutées aux ajustements de valeur comptable sur les actifs de la division Automobile annoncés le 7 février, permettent d'engager l'année 2013 sur des bases saines pour assurer le rebond du Groupe.

Résultats 2012
 

  • Chiffre d'affaires Groupe à 55,4 Mds€, en baisse de 5,2%. Chiffre d'affaires de la division Automobile en baisse de 10,3%
  • Résultat opérationnel courant Groupe à - 576 M€ malgré un environnement de marché très difficile en Europe, avec un résultat opérationnel courant de la division Automobile à -1 504 M€
  • Résultat net part du Groupe à -5 010 M€, après les dépréciations comptables de 3 009 M€ sur la valorisation globale de la division Automobile, en application de la norme IAS 36, et de 879 M€ sur la valeur nette des impôts différés en application de la norme IAS 12, afin de refléter la dégradation du marché européen, sans impact sur la solvabilité et la liquidité du Groupe
  • Free cash flow à -1 387 M€
  • Dette nette au 31 décembre 2012 réduite de 211 M€ à -3 148 M€, avec une réduction de la dette nette de la division Automobile1 de 712 M€ à -1 256 M€

S'exprimant sur ces résultats, Philippe Varin, Président du Directoire de PSA Peugeot Citroën, déclare :

"Les résultats du Groupe en 2012 reflètent la détérioration de l'environnement dans le secteur automobile en Europe. Dans ce contexte, nous avons pris les mesures difficiles mais nécessaires qui s'imposent, pour réorganiser notre base industrielle en France. Les résultats du plan d'économie ainsi que du plan de cession d'actifs ont dépassé nos objectifs, soulignant l'engagement exceptionnel de nos  employés. Enfin, notre Alliance stratégique avec GM est entrée dans sa phase d'exécution.
Aujourd'hui, les fondations de notre rebond sont posées. Nous allons construire sur l'identité forte de nos marques et différencier leurs territoires clients, cibler davantage nos investissements, restaurer activement la profitabilité en Europe et bénéficier des investissements réalisés dans les marchés en croissance.
"

A cette occasion, Thierry Peugeot, Président du Conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën a déclaré :

"Malgré le contexte très difficile que traverse actuellement le Groupe, je suis extrêmement confiant dans la capacité des hommes et des femmes de PSA Peugeot Citroën, emmenés par le Directoire et son Président  Philippe Varin, à véritablement tout mettre en œuvre, et à se battre, pour retourner cette situation et remettre le Groupe sur le chemin du redressement."

Free cash flow : confirmation des objectifs
 

Dans ce contexte, le Groupe s'attend à un repli du marché automobile en Europe en 2013 de l'ordre de 3 à 5%, à une croissance de l'ordre de 8% en Chine, de 2% en Amérique Latine et de 2% en Russie.

En 2012, le free cash flow est de -1 387 M€. Le free cash flow opérationnel (hors éléments exceptionnels et hors restructuring) s'élève à -3Mds€, dont -2,5 Mds€ pour la division Automobile et -0,5 Mds€ pour Faurecia.

En 2013, le Groupe vise la réduction par deux du rythme de consommation de ce free cash flow opérationnel, et confirme son objectif de retour à l'équilibre du free cash flow opérationnel à fin 2014.

Résultats consolidés : ROC Groupe limité à -576 M€ malgré la dégradation du marché européen
 

  • Le chiffre d'affaires Groupe atteint 55 446 M€ en 2012, en repli de - 5,2%, affecté par la baisse du chiffre d'affaires de la division Automobile à 38,3 Mds€ en baisse de -10,3%, reflétant principalement la baisse des ventes de 8,8% hors éléments détachés et un mix géographique défavorable, avec des marchés d'Europe du sud, qui représentent 57% des ventes européennes du Groupe. Le chiffre d'affaires des autres divisions est en progression pour Faurecia et BPF avec respectivement 17 365 M€ et 1 910 M€.
  • Le résultat opérationnel courant Groupe s'établit à - 576 M€, contre un résultat positif de 1 093 M€ en 2011. Ce résultat est principalement dû à la division Automobile qui affiche une perte de - 1 504 M€ sur la période contre - 92 M€ en 2011, impactée par les baisses de volumes et la pression sur les prix. Il reflète également la suspension de l'activité de vente de pièces détachées en Iran depuis le mois de février, ainsi que la déconsolidation de Gefco. La résultat de Faurecia à 514 M€, en baisse de 21%, est impactée elle aussi par la crise en Europe. Concernant BPF, son résultat en baisse de 26,5% à 391 M€, est impacté par  la révision de son modèle de provisionnement statistique des créances retail au mois de novembre avec un impact exceptionnel de -136 M€.
  • Les produits et charges opérationnels non courants s'élèvent à - 4 122 M€, contre - 417 M€ en 2011.
    En application de la norme IAS36 et de la recommandation AMF, la valeur des actifs corporels et incorporels amortissables de la division Automobile ont fait l'objet d'une dépréciation de 3 009 M€ liée à l'ajustement sur la valorisation globale de la division automobile, afin de refléter notamment les estimations dégradées des marchés européens. Les marchés européens devraient rester durablement proches du niveau de 2012.
    Les dépréciations enregistrées n'entrainent aucune sortie de trésorerie et sont réversibles, elles entrainent un réajustement de la base amortissable des années futures. Le total des actifs corporels et incorporels de la division Automobile s'élèvent à 13,9 Mds€ après dépréciation, sur un Bilan Groupe de 64,8 Mds€.
    Sur 2012, les provisions relatives aux nouvelles mesures de réorganisation des activités industrielles et de redéploiement des effectifs, annoncées en juillet 2012, ont été intégrées dans les résultats de 2012 pour 528 M€, dont 440 M€ sur la division Automobile. Par ailleurs les autres charges opérationnelles non courantes de 855 M€ proviennent des pertes de valeurs constatés sur des actifs spécifiques et des provisions pour contrat onéreux de la division Automobile, dont 612 M€ avaient déjà été constatées au premier semestre.
  • Les frais financiers nets s'élèvent à 418 M€, contre 329 M€ en 2011. Cette augmentation s'explique notamment par l'impact du remboursement de l'emprunt d'Etat en 2011 qui a généré une reprise exceptionnelle de charges de 73 M€ au premier semestre 2011, par deux nouvelles émissions obligataires de PSA de respectivement 500 M€ en septembre 2011 et 600 M€ en avril 2012 dont les charges sont de 60 M€ sur 2012. A cela s'ajoute pour Faurecia une nouvelle émission obligataire de 250 M€ et un abondement de 140 M€ sur l'émission de novembre 2011 entrainant une charge de 59 M€.
  • Le Résultat net part du Groupe ressort à - 5 010 M€ contre un profit de 588 M€ enregistré en 2011, après dépréciation d'actifs et charges exceptionnelles. Une dépréciation additionnelle de 879M€ a été enregistrée liée à la perte nette des impôts différés en application de l'IAS 12.

Résultats par activité
 

Division Automobile : un plan de réduction des couts qui dépasse son objectif

Le chiffre d'affaires de la division Automobile s'inscrit en retrait de 10,3% à 38 299 M€ en 2012, dans un marché européen en baisse de -8,6%, avec une très forte exposition du Groupe à l'Europe du sud. Les ventes en Europe sont en recul de -14,8% pour le Groupe.

Le chiffre d'affaires généré par les ventes de véhicules neufs est en recul de 12,4 % à 27 765 M€ contre 31 677 M€ en 2011.

Il bénéficie en partie de la poursuite d'un effet favorable du mix produit à +2,2%. Cet effet confirme la montée en gamme des marques Peugeot et Citroën en 2012 avec les lancements de la Peugeot 208, qui dépasse les 220.000 unités vendues depuis son lancement, de la Citroën DS5, des SUVs et de 4 véhicules hybrides qui complètent cette offre. Les véhicules Premium atteignent désormais 18% des ventes avec un doublement sur les 3 dernières années.

Cet effet favorable ne suffit pas à compenser une forte contraction des volumes de -11,4%, par rapport à 2011 dont le premier semestre était marqué par la hausse des immatriculations liée à la fin des primes à la casse, dans un contexte européen en crise et une concurrence sévère sur les prix. La pression sur les prix reste soutenue sur l'année, avec un effet prix à -1,0%. Les variations des taux de change sont légèrement favorables sur l'ensemble de l'année.

Les ventes de véhicules montés hors d'Europe ont progressé à 38% des ventes totales contre 33% en 2011.
 

Le résultat opérationnel courant de la division Automobile pour l'année 2012 affiche une perte de -1 504 M€ contre - 92 M€ en 2011.

Ce résultat reflète une contraction de la demande des marchés pour -729 M€ et la hausse des coûts matières et autres coûts (pour -394 M€), avec un impact global de l'environnement défavorable de -1 022 M€.

Le Groupe a réalisé des efforts significatifs de réduction des coûts, qui ont permis sur l'année 2012  un gain de +1 181 M€ soit un dépassement significatif de l'objectif de 1 Md€. L'amélioration du mix produit s'est poursuivie avec +321 M€.

Ces effets positifs n'ont compensé ni l'impact de la baisse des parts de marché pour -559 M€ avec des marchés européens fortement déprimés et une contraction de nos volumes en Amérique latine au premier semestre, ni la forte pression sur les prix qui ont lourdement pesé pour -1 155 M€, avec notamment les enrichissements produits avant les nouveaux lancements, limitant la performance de la division Automobile à - 391 M€ sur 2012.

Les stocks s'établissent à 416 000 véhicules à fin décembre 2012, soit un niveau inférieur de 29 000 véhicules à fin 2010, en ligne avec l'objectif annoncé.
 

Développement stratégique en Chine : ventes portées par les succès commerciaux, dividende en augmentation de 32%

Au cours de l'année 2012, les ventes de véhicules en Chine ont progressé de 9,2% à 442 000 unités. Le résultat net part du Groupe dans DPCA a atteint 171 M€. DPCA a versé au Groupe, au 1er semestre, un dividende de 776 MRMB (contre 589 MRMB en 2011) en hausse de 31,7%.

Deux nouveaux véhicules du segment C ont été présentés au second semestre : la Citroën C4-L et le SUV 3008 pour la marque Peugeot.

La troisième usine de Wuhan est en construction depuis mai 2011 et la première tranche sera opérationnelle au second semestre 2013. En 2015, DPCA disposera ainsi d'une capacité de production de 750 000 unités à Wuhan.

CAPSA, la deuxième JV chinoise, a lancé le 28 juin la gamme DS en Chine avec les DS5 et DS4 ainsi que la DS3 au 2nd semestre. 25 DS store sont ouverts à fin décembre. La production locale débutera au second semestre 2013. Implantée à Shenzhen, la joint venture aura une capacité de production annuelle initiale de 200 000 véhicules et moteurs.
 

Poursuite du développement en Russie : démarrage de la production à pleine capacité

En Russie, les ventes du Groupe progressent de 4,9% à 78 000 unités. La Peugeot 308 et la Citroën C4, assemblées localement, ont particulièrement contribué à cette croissance. Ils ont été rejoints dès le mois de septembre par la Peugeot 408 qui est le premier véhicule construit en cycle complet ainsi que par les Citroën DS4, DS5, C4 aircross et Peugeot 508 et 4008. Les VUL progressent de 18% pour atteindre une part de marché de 7,4% sur l'année soit une hausse +0,9pt.
 

Renouvellement de la gamme en Amérique Latine : résultat opérationnel courant à l'équilibre au second semestre

En Amérique Latine, les ventes du Groupe impactées par l'arrêt prolongé de l'usine de Porto Real et par un environnement concurrentiel sous tension, reculent de 13,2% à 283 000 unités et sa part de marché s'établit à 4,8%. La situation devrait se stabiliser avec le renouvellement en cours de la gamme. Le lancement récent de la Peugeot 308 a été complété au second semestre par celui de la Citroën C3. Les Citroën DS3, DS4, C4-aircross et Peugeot 508 et 4008 ont également enrichi la gamme en 2012.

Faurecia : contribution positive au ROC du Groupe
 

Faurecia enregistre pour 2012 une croissance de son chiffre d'affaires (+7,3%), +2,0% à périmètre constant. Le résultat opérationnel courant s'élève à 514 M€ en retrait de 21,0%, impacté par la situation en Europe.  La marge opérationnelle s'établit à 3,0 % contre 4,0% en 2011.

Banque PSA Finance : un taux de pénétration record de 29,8% et un financement confirmé pour plus de 3 ans
 

Banque PSA Finance affiche une bonne activité avec un produit net bancaire en hausse de 4,2% à 1 075 M€ et ce malgré une contraction des nouveaux contrats reflétant le ralentissement de l'activité de la division Automobile. Le taux de pénétration progresse fortement de 2 points au niveau historique de 29,8%. Le coût du risque s'élève à 1,23% lié principalement à l'impact de la révision du modèle de provisionnement statistique des créances retail. Le ratio core tier one reste élevé à environ 13%.

Banque PSA Finance dispose d'un niveau de liquidités important, grâce au succès de plusieurs opérations de refinancement, avec 8,2 Mds € de liquidité disponible, conformément à sa stratégie de maintenir en permanence une sécurité supérieure à 6 mois. En 2012, Banque PSA Finance a notamment bénéficié du LTRO et des mesures d'élargissement de la BCE et a accru le recours à la titrisation pour une meilleure diversification de son financement.

Le refinancement de Banque PSA Finance a été renforcé et il est confirmé sur plus de 3 années :

  • 11,5 Mds€ de lignes de financement confirmées avec le pool bancaire
  • 7 Mds€ de garantie bancaire de l'Etat votée le 29 décembre 2012 pour les nouvelles émissions obligataires, et autorisée à titre temporaire par la Commission européenne le 11 février 2013  pour une première tranche de 1,2 Mds€
  • La hausse de la part des titrisations et Repo de 18% à environ 27%
  • Le lancement d'un livret d'épargne dédié aux particuliers  au 1er semestre 2013

Solidité de la sécurité financière
 

La dette nette des activités industrielles et commerciales au 31 décembre 2012 s'est réduite à 3 148M€, contre 3 359 M€ à fin décembre 2011. La dette nette de Faurecia représente 1 892 M€, en augmentation par rapport à 1 391 M€ en 2011. La dette nette de l'Automobile (Sociétés industrielles et commerciales hors Faurecia) s'est réduite de 712 M€ sur la période à 1 256 M€.

Avec un niveau élevé de sécurité financière à 10,6 Mds€, en augmentation par rapport à fin décembre 2011 à 9,3 Mds€, la structure financière est solide, avec 7,3 Mds€ de trésorerie et d'actifs financiers et 3,2 Mds€ de lignes de financement non tirées.

Le Groupe a renforcé ses ressources, avec notamment l'augmentation de capital de 1 Md€, l'émission obligataire de 600 M€ à 5,625% sur plus de 5 ans et la réalisation du plan de cession d'actifs pour 2 Mds€ ainsi que le versement du dividende exceptionnel de BPF. Ces ressources ont compensé la consommation de cash opérationnel de -2 807 M€ hors éléments exceptionnels (dividende exceptionnel de Banque PSA Finance, cessions immobilières et investissements financiers), après -1 763 M€ en 2011.

En 2012, le Groupe a dégagé une marge brute d'autofinancement de 1 033 M€ contre 2 395 M€ à fin décembre 2011, qui a été utilisée pour le financement des investissements et dépenses de développement capitalisés de 3 814 M€ pour soutenir le développement du Groupe en Europe et à l'international, la dynamique produits ainsi que 67 M€ d'investissements financiers (JV CAPSA essentiellement). La variation du besoin en fonds de roulement des sociétés industrielles et commerciales s'élève à -602 M€, avec un niveau de stock bien contrôlé à +339 M€, des créances clients reflétant la saisonnalité et des dettes fournisseurs à un niveau moins élevé à -835 M€ en raison des arrêts de production du dernier trimestre.

Le Groupe a perçu un dividende exceptionnel de 360 M€ de la Banque PSA Finance. Le plan de cession d'actifs est au-dessus des objectifs, avec 448 M€ dégagé pour la vente de CITER, 634 M€ par des cessions immobilières et 897 M€ pour la cession de Gefco. L'augmentation de capital s'est traduite par une ressource supplémentaire de 967 M€ et 89 M€ au titre de la vente d'actions auto-détenues et de droits préférentiels de souscription.

Renforcement de la structure financière et du bilan.
 

Avec des liquidités de 7,3 Mds€ au 31 décembre 2012, et 3,2 Mds€ de lignes de financement non tirées, la structure financière des sociétés industrielles et commerciales est solide. Les capitaux propres s'élèvent à 10 557 M€ au 31 décembre 2012, le taux d'endettement est de 29.8%, contre 23% fin 2011.

 

--
1Sociétés industrielles et commerciales hors Faurecia


Documents associés
1 Documents disponibles
Résultats financiers 2012 (329 Ko)
Action sur la sélection :
Voir tous les documents
Haut de page